Ratenelle, 400 habitants, souligne sur son site internet sa « réputation de village calme, paisible et agréable ». Pas faux, et c’est précisément ce qui a incité Martine Morel

à s’y installer voilà un an. Sauf que depuis, le rêve a tourné au cauchemar.

En l’espace de quelques mois, la rue de l’Église où elle est locataire a été la cible de quatre incendies d’origine criminelle. Le dernier en date, dans la nuit de mercredi à jeudi, l’a directement concernée puisque c’est une dépendance attenante à son habitation qui a été la proie des flammes. « Je n’ai rien perdu de valeur, juste du bois, mais de savoir qu’un malade vient mettre le feu chez soi, ça fait peur », confie-t-elle en pleurs. Si l’angoisse est légitime, il semblerait pourtant que ce n’était pas elle qui était directement visée.

Plus d'informations dans notre édition abonnés